electrol

7 février 2012

electrol dans dessins electrol-2b-732x1024

parmi les ombres

7 février 2012

La gare brûle sous le soleil et Francesca rejoint les wagons abandonnés.
Des cartouches, des révolvers traînent un peu partout dans le sable qui a envahi cet endroit et la ville.
La survivante replace la carte sous le sac de couchage. Ses recherches demeurent infructueuses. Elle a déjà quadrillé les 3/4 du territoire.
Malheureusement, ce parchemin gris n’indique pas la position du masque doré Shantra. Juste les zones peuplées de monstruosités hypnotiques, de bizarreries aux sept pattes acérées, de monuments miroirs.
Et la brune au sourire asséché a gardé les pires dangers en guise de conclusion, après trois jours sans rien d’autre à se mettre sous la dent que scorpions ou carapaces mortes.
Cette chasse au trésor l’empêche de basculer dans la folie mais elle ressemble plus que jamais à un cadavre.
L’adolescente va s’allonger un peu mais ne fermera pas les yeux. Car sa prochaine nuit de sommeil sera la dernière. Sa beauté fatiguée devenant une statue de plus.

medecine girl

6 février 2012

Quelques jours après avoir goûté l’eau du lac, ma tête brûle et des taches noires apparaissent sur mon cou.
Je me sens de plus en plus faible et mes jambes cessent de me porter quand je franchis la limite de la ville. De toute façon, ne restent que des cadavres à l’arrière. Je comprends pourquoi: tout ce qui se boit ou se mange dans cette région sauvage a été vicié par la dernière guerre et ses incendies.
Le projet Flower B voulait donner naissance à des énergies nouvelles et, au bout du compte, je tombe parmi les dernières charognes qui peuplent ce pays.
Après des heures de cauchemars ininterrompus, des chocs répétés m’électrisent. Je refais surface, une jeune fille de 16 ans environ apparait devant mes yeux lourds de fièvre. Elle me gifle, me secoue. Cette inconnue répète des mots qui ont du mal à frayer jusqu’à mon cerveau: « arrache moi un morceau de chair et tu auras la vie sauve ». Son bras tendu vers ma bouche est parsemé de blessures, mais bizarrement, elle respire la santé. Sa peau ne prend pas la teinte sombre des autres contaminés.
Mes mâchoires refusent tout d’abord de fonctionner et le mot folie résonne bruyamment dans ma tête, comme l’écho venu d’une époque passée, quand je dormais dans la cellule 23 d’Ashford Canyon, cette maison de voleurs et de criminels.
« Tu es la première personne que je croise depuis trois mois. Et je ne supporterais plus de rester seule. Alors je t’en prie, fais ce que je te dis. Aie confiance ».
Ses yeux brillent d’une telle intensité et d’un tel désespoir que je m’agrippe à son épaule et la mord.
Une semaine après, je marche à coté de Bobbie, curieux nom pour une gamine. Le ville d’Armenia Small s’éloigne à grande vitesse et mes pas restent légers. Par contre, mon esprit bouillonne de tout un tas de mystères. Suis-je définitivement immunisé? Est-ce que je peux moi aussi sauver des vies? Que sont devenus les gens secourus par ma compagne au cours de l’année précédant notre rencontre?
Des questions que nous élucideront sur la route conduisant à la capitale, où s’élève la clinique WestWind. Si cette odyssée échappe aux plantes cannibales et si les ronces ne nous coupent pas la gorge dans notre sommeil.

ce baiser n’était qu’un rêve

5 février 2012

Il dévala les marches en direction du centre ville. Les chiens à ses trousses gagnaient du terrain et il pensait à Sally qui lui avait donné rendez-vous. Encore un retard de plus et elle romprait tout lien avec lui.
Au tournant de la rue Pastor, il manqua de se faire bousculer par la camionnette de l’horloger. Le garçon posa la main sur le capot, reprit son souffle et sortit la boite d’allumettes qu’il trimballait partout depuis un an.
La fête de l’été approchait et le cirque cherchait à tout prix à récupérer la petite sorcière. Le grand chapiteau plierait bientôt bagages et il perdrait sa première petite amie. A moins qu’il ne tienne sa promesse d’une maison vers le sud.

Les mendiants D’East Village

4 février 2012

Le père de « Mady » agitait le couteau sous mon nez. Cet ancien militaire n’aimait pas vraiment que j’invite sa fille à des concerts sur la montagne, un peu au nord de JacksonVille.
Nous étions fous de musique et lui de discipline. La seule façon de gagner son respect resterait de l’affonter sur son propre terrain. Raison pour laquelle des matraques attendaient dans le coffre de ma Tornado. Et pourquoi je proposai une petite balade entre hommes.
L’énorme lame reprit sa place dans le fourreau à sa cheville alors que le plaisir brillait dans son oeil droit. Le seul ramené de la guerre des 30 lunes.
Avec mon gabarit d’étudiant modèle, les chances de victoire semblaient minces.
Mais le feu d’artifice de ce soir m’obsédait. J’entendais presque les guitares électriques et les crépitements, au moment où il avança vers moi, à deux pas des statues d’enfants ailés qui se tiennent par la main pour garder le parc aux amoureux.

Le lendemain matin, les premiers rayons du soleil réveillaient un atroce mal au crâne. Un cran d’arrêt reposait à quelques mètres, ensanglanté. Deux corps inertes aux vêtements rongés par la crasse et aucune trace du colonel. Les sirènes de police approchaient. Qu’avait-il bien pu se passer cette nuit-là?
Une image me vrillait la tête: Monsieur Madison et moi cote à cote, apeurés.

1...6869707172...78