AVATAR et James Cameron

26 février 2022

2022.02.26 Soirée Popcorn Avatar

Une longue discussion autour du film de James Cameron: résumé détaillé, parcours du réalisateur, casting,  anecdotes sur la fabrication du film, souvenirs, théories sur les suites…

Image de prévisualisation YouTube

Vert Acide (texte1)

5 février 2022

Emachan - Vert Acide (P1050965-A)

Des séquelles de LA LUEUR VERTE
Essai Texte 1 d’après Archive : Vert Acide

2022.02.05 Développement – 2nde tentative

Concept :
Une montagne.
Rody Proggs s’y rend pour trouver une fleur spéciale. Mais sitôt qu’il la cueille, elle change, exhalant une couleur verte de plus en plus agressive, toxique. Comme un halo radioactif.
Le compte à rebours est enclenché.
Pourra-t-il sauver sa meilleure amie ? Qu’elle absorbe ces radiations pour tuer la maladie, et empêcher cette lumière rare de couper la région, de réduire le village en poussière.

Des références :
– Trouver une espèce rare sur les sommets, comme dans Batman Begins.
– Manga Sous un rayon de soleil, communiquer avec la nature, guérir quelqu’un et la magie. Des propriétés surnaturelles.

La route a été longue, chaotique.
Roddy Briggs (?) a marché toute la sainte journée. Une sale journée.
Avec des cailloux dans les chaussures, des écorchures tout le long des jambes, le dos martyrisé.
Des heures qui n’en finissaient plus et le garçon d’à peine 16 ans s’est senti comme prisonnier dans un sablier rempli par un torrent de boue. Violenté par des nuages toujours plus noirs, des gouttes glacées comme des lances pour transpercer son gilet déjà mort.
L’hiver en avance juste pour le freiner dans sa quête.
De trouver cette fleur.
Seulement la première étape.
Et maintenant il doit redescendre une boule au ventre, des secondes qui claquent dans la tête. Les hommes du shérif ne comprendraient pas, avec juste leurs fusils aux abois et cette envie tenace de le remettre en cage le plus vite possible.
Mais avoir il doit porter cette flamme, cette phosphorescence instable qui s’échappe des pétales jusqu’à Marjo, son amie d’enfance malade.
Du fond de son lit, elle pourra aspirer cette énergie qui grandit pour les engloutir tous, la vallée entière, à quitte ou double.
Le jeune homme est prêt à tendre ses poignets aux fers carnassiers, mais pas sans avoir tout essayé auparavant.
Qu’on lui accorde juste une fin d’après-midi, ce soleil décline avec le vert acide qui grandit et bourdonne dans sa main.
Plus que quelques dizaines de kilomètres au pas de course, la faim et la douleur, avec cette lueur morbide qui vibre sous ses doigts serrés, il se rappelle presque la douceur tremblante de celle qui a tout fait pour le faire acquitter.
Avant de replonger dans l’humidité des geôles et porter le poids des fautes d’un criminel qui court toujours, il lui doit bien ça, tenter un dernier coup d’éclat pour sa petite fleur délicate.

(texte en écoutant Traumfrau par And One)

Vert Acide (miniature)

Présentation en vidéo, résumé, références…
youtu.be/7OXyJjf6hdM

Des séquelles de La Lueur Verte (Archive)

31 janvier 2022

2022.01.31 Emachan - Archive Sélection (P1050911)

Alors voilà comment ça s’est présenté.
Je souhaitais trouver un document ancien pour bosser sur la partie « textes », faire passer de vieilles idées vers des résumés puis en format plus littéraire, récits courts.
Pour cela, je voulais un document/dossier différent de mes essais précédents en janvier, apporter un peu de nouveauté et surtout que tout soit centralisé sur un feuille.
En début d’année, j’ai effectué des tests au format synopsis, en piochant dans une vieille boîte de ma fabrication, 7fiches.
Mais aujourd’hui je veux un truc plus modeste avec toutes les entrées au même endroit, couper au plus court. Et juste faire autrement. Avec un vent de nouveauté.

2022.01.31 Emachan - Archive Sélection (P1050887A)

Après avoir regardé quelques minutes dans mes étagères, j’ai saisi une chemise cartonnée mauve, et à l’intérieur, une feuille en particulier a retenu mon attention.
10 titres ou entrées, comme un album typique avec sa tracklist, un nombre idéal, ni trop ni trop peu. Pas un document auquel je sois trop attaché avec le poids/la pression que ça peut engendrer, ni trop impersonnel, un truc dont je ne me souviendrais même pas car fait 10-20 ans plus tôt, trop rapidement.
Pile dans mes attentes, dans la zone du milieu.

2022.01.31 Emachan - Archive Sélection (P1050921A)

Je me rappelle bien cette période.
Cette page appartient à une phase dans les années 2010 où j’essayais déjà de reprendre mes vieux travaux de jeunesse inachevés.
Bien que très peu aguerri, encore très loin d’être au point et capable de maîtriser ce type d’entreprise, j’avais pris l’habitude de plonger dans mes vieux manuscrits, mes notes conséquentes des projets majeurs, et lister des mots qui pourraient servir à nommer des textes plus courts, des idées secondaires, des pistes abandonnées en route, dans l’espoir d’en faire quelque chose, déjà me diriger vers des petits recueils comme je visais en ce temps-là.
Reprises et Recueils.

J’avais fait ça un certain temps, une formule qui m’amusait puis je suis passé à autre chose.
Pour le document qui nous concerne aujourd’hui, on retrouve donc une page A4 blanche.
A mon avis une feuille qui aurait dû finir à la poubelle, sans doute pour un courrier, car au dos figure cet en-tête raturé : Tours le 9 décembre 2011. Puis plus rien.
Un brouillon, déchet…et au verso j’ai donc établi une petite liste. Avec souligné au feutre gris la mention « Quelques Titres ».

2022.01.31 Emachan - Archive sélection (P1050914A)

Concernant l’origine : comme je le disais précédemment, ce document est lui-même dérivé d’autre chose, un projet de jeunesse que j’avais développé sur plusieurs périodes, avec pas mal de matière, de notes.
Je ne vais pas m’étaler trop sur le scénario, car ça sera pour des jours meilleurs, quand je serai capable de maîtriser ce genre de gros manuscrit imparfait, mais à la toute base on avait une idée sur une poignée de phrases et portant ce nom : La Lueur Verte.

2022.01.31 Emachan - Archive Sélection (P1050890C)

La toute première fois que j’ai évoqué ce sujet, c’était au mois d’octobre 2001. Et j’avais enchaîné sur une même feuille (je bossais principalement sur papier machine dans ces années-là, écriture au stylo Reynolds ou Bic noir) trois nouvelles entrées :
- Discothèque 80
- Cicatrices
- LA LUEUR VERTE
Cette dernière étant la moins avare en détails, même si encore avec des pistes/indications très modestes, limitées en nombre.
On retrouve quand même l’essentiel, un phénomène étrange, une forêt, la brume, un secteur qui est mis en quarantaine, les militaires qui viennent prendre les commandes… Un aspect SF/Action. Invasion possible et surnaturel.
Après cette amorce, je suis revenu en mars 2003, pour étoffer considérablement tout ça, en mode script, développement. Pas mal de notes, environ 80 pages dans lesquelles j’ai essayé de creuser tout ça, structurer, apporter d’autres détails, un personnage féminin devenant le principal protagoniste….
De mars à juin, je me suis efforcé de progresser, apprendre sur comment construire une histoire. C’était très imparfait, très incomplet, mais j’en garde un excellent souvenir, et j’espère un jour replonger pour de bon dans ces éléments préparatoires afin de leur donne vie.
Cet essai assez long devait retranscrire mes passions/références de l’époque.
Je me rappelle aussi avoir puisé pas mal mon énergie dans la musique, deux chansons en particulier qui m’ont guidé/accompagné à mesure que je progressais dans cet univers, garder cette ambiance : il y avait Martin Gore avec Oh my love (une de ses reprises sur Counterfeit2) et puis Björk sur Pagan Poetry.
Ces deux chansons assez électroniques m’inspiraient sur le versant surnaturel mystère extraterrestre… avec cette option d’une lumière vert acide, fluorescente, contagieuse, dangereuse…

2022.01.31 Emachan - Archive Sélection (P1050891A+)

Voilà pour la petite remise en contexte.
D’où ça a démarré, les vestiges.
Typiquement, exhumer de vieux travaux comme on fait des fouilles, dépoussiérer des images comme on fait avec des objets préhistoriques/médiévaux/égyptiens, c’est exactement à quoi je vais m’attacher les jours suivants sur un document encore modeste, et au moins conduire ces ouvertures jusqu’au stade des textes brefs.
Apprendre encore, faire un nouveau pas en avant avec déjà de la prose qui se tienne, et un jour, être capable de déterrer des gros trésors de mon passé comme cette Lueur Verte, faire qu’elle brille enfin à pleine puissance.
De tout son potentiel bienfaisant ou destructeur.

Emachan Archive Sélection (LueurVerte+) visuel3B

Explications Photos Contexte – 15mn au micro
youtu.be/3nE9O_lXvmg

Etape 5: Les Textes

30 janvier 2022

Etape5 - Les Textes (P1050863A+)

Nouvelle phase créative, le pallier au-dessus, et l’enjeu continue à grandir.
Depuis que je suis enfant et tout au long de mon parcours j’ai toujours écrit des textes, des histoires courtes tenant sur une page, parfois un peu plus, parfois juste un paragraphe, terminé, avec une finalité ou juste des essais, une aventure à peine amorcée.
En prose, plus poétique, pour illustrer un scénario, décrire une scène en particulier.
Quand j’étais étudiant le soir au pensionnat, en étude, durant les vacances surtout, sur ma machine à écrire, directement à la main, au stylo, jusqu’à bien plus tard vers la fin des années 2010, publier quelques recueils, avec un aspect un peu plus professionnel. Un peu plus contrôlé.
Se lancer avec seulement un titre ou la première phrase, l’envie du moment, besoin d’exprimer un sentiment, ce qui me travaille à l’instant présent… et ne s’arrêter qu’après 30mn/1heure, avoir le sentiment accompli, la sensation d’avoir capté quelque chose, mis des mots sur un truc intérieur.

Etape5 - Les Textes (P1050886B+)

Partir sur du neuf, ne pas s’encombrer, être juste dans le présent, photographier un moment, comme dans un rêve se laisser bercer, d’image en image, et ne jamais reculer.
C’était mon approche durant les années 2010, au lancement de mon blog et sur tous mes premiers essais publiés.
Mais maintenant que j’ai assez goûté à tout ça, je souhaite élever l’enjeu, et puisque j’ai globalement progressé, étant un peu plus mûr, mes connaissances un brin plus étendues, je veux repartir en arrière, regarder dans le rétro et conjuguer ça avec les projets inédits que j’ai été incapable à l’époque de mener à leur terme.
Ajouter un ingrédient qui va compliquer cette tâche, mais surtout ajouter un affect tout particulier: donner vie à des projets mort-nés, faire en sorte que ces idées de jeunesse restées sur le bord de la route puissent enfin exister, décoller, renaitre, briller de tous leurs chromes.
Voilà ce qui me motive. 

Etape5 - Les Textes (P1050864A+)

Je sais que cette mission ne sera pas évidente, car si le format court ne bougera pas énormément, avec presque les mêmes codes une fois que la machine est lancée, devant mon ordi un mot, ne prolonger que lorsque les phrases me conviennent… il faudra désormais allier ce que je ressens au présent et un truc plus ancien, capturer un souvenir, rester fidèle à un concept de départ, des références, que ça corresponde à une idée déjà posée un peu plus tôt.
Un numéro d’équilibriste assez subtile, comme pour adaptation ciné: à partir de quand trahit-on l’esprit d’origine ou franchit-on la ligne du hors-sujet?
Trop naïf, trop inexpérimenté, je m’y suis souvent cassé les dents avec des scénarios trop amples/amitieux pour mes 15-20 ans.
Aujourd’hui, avec plus de pratique et de recul, j’espère pourvoir donner une seconde chance à toutes ces histoires esquissées qui dorment dans mes cartons, dans un avenir plus ou moins proche.
Et avec cet article, cette note d’intention puis quelques petites tentatives sans prétention, mettre tout ça à plat pour vérifier quelles sont réellement mes capacités.

Etape5 - Les Textes (P1050873A+)

Je suis curieux de voir ce qui en ressortira, si les images que j’ai en tête réussiront à se poser sur la page, et garder ma concentration, mon fil rouge, déjà dans un cadre très court.
Juste un germe d’idée, un résumé, c’est le début, comme mes synopsis dévoilés récemment et puis me propulser, échanger ça contre un texte à l’arrivée. Transposer aussi une liste de concepts en un sommaire jumeau mais en prose, un peu plus travaillé/détaillé. 
Et ça me remplit d’espoir, d’excitation pour l’avenir. Si je suis capable de donner naissance à une feuille, comme un teaser littéraire, avec des expressions appropriées, les mots justes, alors dans un futur pas trop lointain en croisant les doigts, possiblement plonger dans mes souvenirs les plus mémorables, manuscrits de 50-100p, scripts, brouillons assez avancés… avec seulement 30 années de plus au compteur. Il n’est jamais trop tard.

Etape5 - Les Textes (P1050879A)

Oui, cette étape sera un prototype en proportions réduites, et si ça fonctionne, ne faire que développer encore et encore cet exemple/cette base, pousser cette technique dans ses limites , sur d’autres sujets qui me tiennent vraiment à cœur. Toujours plus loin toujours plus grand… avec mes archives les plus précieuses. Mon enthousiasme de gosse que je prie pour ne pas avoir égaré en chemin. 

Etape5 - Les Textes (P1050872A+)

La note d’intention en audio
youtu.be/Vl42KDSt1t8

Etape5 - Les Textes (visuel2)

corsée

28 janvier 2022

Corsée - panneau article références visuel (1) version synopsis

2022.01.28 4h50
Nouveau projet Synopsis > Texte essai

Corsée
Partie Synopsis

Le résumé : Depuis qu’elle a pris un café le jour d’un braquage et aussi un coup sur la tête, Maylee retrouve la même sensation de puissance à chaque fois qu’elle absorbe ce breuvage.
Toute la violence de l’attaque qui coule dans son corps, ses veines… comme une décharge, mais elle devient aussi ingérable et son corps s’étiole.

Des références :
– Un lieu public où l’on se restaure, où l’on boit, qui se trouve pris d’assaut comme dans Pulp Fiction, ouverture et fin du film.
– Un pouvoir après un choc à la tête, comme John Smith dans Dead Zone. Long métrage avec Christopher Walken.

(Quelques notes/point de départ en écoutant Simple Tuesday par GusGus)

Corsée - panneau article références visuel (2) version texte

Partie Texte
2022.01.28 8h42

Le docteur Hardden me reçoit en urgence. Je crois que j’ai fait peur à la secrétaire avec mes tics nerveux et mes sautes d’humeur.
Installée dans le fauteuil trop étroit pour mes kilos en trop, je joue du piano avec mes doigts bardés de bagues multicolores sur mon genou au jean déchiré.
  – Encore un autre rêve ?
Ça me semble plutôt évident à lire sur mon corps traversé de soubresauts. Pas très perspicace.
Je voyais déjà régulièrement ce spécialiste recommandé par ma mère et sa meilleure amie Pam Guessivel, une adepte des longs monologues sur canapé, avant la prise d’otages au Tropical Corner, le café-restaurant qui marque la fin de notre pâté de maisons et où je fais souvent halte pour terminer mes devoirs avant le lycée qui se trouve à peine un kilomètre plus loin par des rues un peu crades mais seulement fréquentées par des clébards.
Ce petit-déjeuner spécial s’est produit la semaine dernière et désormais le rythme de nos entrevues est devenu journalier, voire précipité car je devance même nos rendez-vous, telle une bombe qu’on ne peut empêcher de sauter.
Le brave médecin est un familier de la superbe Pamela double-D, et sensible aussi à ma carte de crédit illimitée qui lui permettra de rembourser sa piscine avec un peu d’avance.
Des images toujours nettes qui me reviennent : les trois hommes entrent dans la salle presque vide, silencieuse, hauts les flingues, la jeune serveuse qui me faisait un clin d’œil en remplissant ma tasse il y a à peine une seconde vacille sur ses rollers fatigués, mais je la précède quand le chef de la meute accélère le transfert d’une poignée de billets tachés de la caisse vers son sac miliaire usé en me couchant d’un revers de flingue, j’ai sa crosse qui résonne et l’arôme brûlant au fond de la gorge, comme un bang énorme qui se finit sur le coin de table où je perds connaissance.
Depuis que je me suis réveillée de cette séance de rattrapage scolaire avortée, je me sens constamment sous pression , avec des bouffées de chaleur, manquant de souffle. Quelque chose qui m’obsède, grandit en moi et m’agite à l’intérieur. Une sorte de ballon gonflable nommé fureur qui se déploie dans ma poitrine faible et sous mon crâne.
Encore une fois, je lui déballe un discours identique, le scénario quasi au mot prêt. Et lui de me sortir le même conseil.

  – Peut-être devriez-vous retourner à la source faire face à cet épisode qui vous angoisse ?
Une évidence de plus, mais je ne sais pas pourquoi, peut-être la tasse encore chaude qui fume délicieusement sur son bureau métallique et verre grand style ce matin à 8h15, je me sens happée par cette chaleur, appelée par l’envie d’un arabica noir profond de mes petites routines qui me cognent en plein cœur avec un je ne sais quoi en plus.
Ce supplément qui fracasse, je vais le goûter dès la première brûlure sur le palais, au fond de mes poumons… comme une accélération interne qui se traduit par la porcelaine broyée entre mes doigts lorsque ma montre me prévient musicalement 10 minutes avant la leçon de Géo soporifique du vendredi en ouverture par le professeur Marvis aussi endormi que nous.
Pas une goutte de sang ou presque, un sentiment de puissance qui pulse dans mes artères, un poing qui me semble presque étranger.
Ce breuvage me fait péter le feu autant que la vaisselle, ce n’est qu’un début.
Et, première depuis l’attaque, je me sens en phase avec moi-même comme je ne l’avais jamais été. Finie la grosse aux cheveux gras mal à l’aise dans ses bourrelés, terminés les complexes du soir au matin, puis du matin au soir, sur le trajet, dans la cour, au dernier rang, au réfectoire et plus si affinités…
Un choc à la tête, une agression, et je me transforme en bombe nucléaire lorsque j’avale ma dose de caféine.
Je suis curieuse de retenter l’expérience et aller de plus en plus loin dans tout ce que la carte a à m’offrir ou même aller me booster à d’autres grains toujours plus épicés, comme moi j’espère.

(texte terminé à 9h29)

9h30 ça y est !!! On y est !!!
685 mots ce qui est tout à fait correct. L’idée de base bien ancrée sur la page, juste présentée légèrement différemment.
Mon personnage qui n’a pas encore de nom dans ce segment/cette ouverture, mais quand même un peu plus décrite avec son quotidien, quelques détails sur son apparence… des personnes de son entourage, ses habitudes…
Pas mal, assez sympa cette petite séance.
J’ai juste attendu d’avoir la bonne image, le bon déclic. Et que ça apporte vraiment quelque chose de neuf par rapport à mon résumé, je crois que c’est surtout une info qui a fait décoller le tout, les séances chez le psy comme nouveauté. Et là je me suis dit que je tenais quelque chose.

Je sais avoir pensé à N. une nouvelle de King avec un homme qui va parler à son thérapeute, et dont j’avais suivi les petits épisodes en mode BD animée sur Youtube.
Rien de tel qu’une nouvelle référence pour injecter une autre énergie et se lancer dans l’écriture.
J’en parlerai si je sors une vidéo, compte rendu d’après-texte/écriture.

Corsée - vidéo visuel (4A)

présentation de ce récit et concept
Analyse, références, making of audio/vidéo
youtu.be/ZV-tQCoIbfM
youtu.be/l9nSK1REk9Y

Corsée - texte (miniature2)

12345...78