Archive de la catégorie ‘Visuels/Photographies’

Ventriloque

Jeudi 16 décembre 2021

Ventriloque visuel 20121206_220148 (1A)

Sa main a pris le pouvoir.
Où est-il vraiment ?
Dans les limbes du cauchemar.
Quand nul ne le reconnait, nul ne le voit, totalement transparent pour ceux qu’il croise.
Lui faire la peau à son personnage, de chat persan complètement barge.
Le monocle et son énorme cigare.
Vulgaire et charmeur, éternel magouilleur.
Faire un enfant dans le dos du diable lui-même ça ne rigole pas. Et voilà de quelle manière il s’est retrouvé sur cette plage de galets noirs, lune bleu argent sur sable d’ossements.
Mais l’affaire n’est pas encore jouée, sa plaie vivace.
Un je ne sais quoi de fierté mal placée qui l’irrite encore sur ce bord de mer austère, goélands morts et tristes épaves.
Ce dandy du fin fond de ses souvenirs n’existait pas qu’à travers un bout de tissu surexploité, malmené et populaire.
A Bekerson Grovlin de retrouver ce fantôme de courage, ce spectre de hardiesse, se donner enfin le premier rôle.
Marre de pourrir en enfer et la vie terne de prête-main, de porte-vedette.
L’heure de la revanche… qui reparle à nouveau par sa voix, c’est déjà un début.
Jusqu’aux feux de la rampe, vers les applaudissements…
La marche sur ce rivage sinistre sera longue, brutale et belle.

Petit texte inédit, histoire de ne pas perdre la main, ne pas rester trop longtemps inactif et pourquoi pas un jour s’appuyer dessus pour s’exercer à un long récit sans prétention.

Quelques Titres

Mercredi 15 décembre 2021

2021.12.14 TITRES

Petit sommaire que j’aimerais bien développer assez vite, histoire de gagner en efficacité, à l’écrit mais surtout pour les résumés audio.
Première étape avec la liste, puis version clip/montage, et enfin édition de la piste musicale séparée.

Présentations Youtube ici
www.youtube.com/watch?v=Ypzc3Iy45As
www.youtube.com/watch?v=OqR0ghXeaNU

2021.12.14 TITRES (liste)

Ce que dictent les insectes

Samedi 11 décembre 2021

20121205_115129 (B)

Murmurées dans l’herbe, ces paroles frissonnent
Montés à la tête, des mots ivres fourmillent
Au vent ils résonnent, rampent vers l’oreille
Guerriers ils s’apprêtent, en nous s’insinuent
De raison obscure grappillent les quelques miettes
Restes d’humanité, quand tonne l’orage
Bataillons en rangs, à l’assaut des fourrés
Où ça grouille déjà de vermine, de cadavres
En rajouter question horreur, l’horizon soumis
Monde qui appartiendra toujours à cette folie microscopique
Des ordres et désordre, avec eux je fulmine
Une carapace de plus, marée du pourrissement
Se nourrir de toutes les frustrations
Elles s’éteignent aux mandibules

(texte inédit et photo au portable du 5.12.2012)

Interprétation

Vendredi 10 décembre 2021

L'ombre du lapin - interprétation (P1050093)

L’ombre du lapin: quand j’ai posé ces mots en décembre 2012, je devais profiter de ma page Facebook récemment créée, l’occasion d’installer quelques idées, un éventail de petites pistes avec la possibilité de reprendre/prolonger ça un jour.
Je surfais sur Google, repérant des images, et plutôt que de juste les sauvegarder sans but précis dans un dossier, parfois j’étendais ça avec un petit mouvement créatif. Dans l’attente de quelque chose de plus. Ce sont aussi des images que j’ai fixées en fond d’écran sur mon portable, mon ordi, bureau et cadre de travail à cette période. 
A l’époque pour moi, c’est en tout cas ma perception avec 10 ans de recul, j’envisageais ces quelques mots comme un titre possible. A ajouter à une longue liste de projets.

Aujourd’hui, à l’heure où je songe à mes archives, vieilles options comme celle-ci, je médite sur la bonne approche à adopter.
Oui, ça peut être le nom d’une histoire, mais est-ce la seule solution?
Je veux respecter mes intentions d’antan, rendre justice à mes notes de jeunesse, mais je dois aussi trouver un compromis et assez de liberté pour réinvestir ces concepts avec ce qui me travaille actuellement, comment j’ai évolué, les thèmes qui me parlent au présent.
Ce titre existe déjà d’une certaine manière, comme il fût posté une décennie avant, accompagnant cette photo, mais il existe d’autres portes à ouvrir.
Oui, ouvrir son esprit à d’autres angles d’attaque, d’autres significations.
Comme par exemple ces quelques pistes:
L’ombre du lapin pourrait servir d’étincelle, de moteur, titre principal, mais dans le cadre d’une nouvelle ou d’un roman, devenir aussi un intitulé de chapitre. Un épisode.
– Des mots qui pourraient ouvrir le premier paragraphe, démarrer l’aventure. Première phrase.
– Dans le même genre, il serait possible de clôturer un texte avec cette expression. En ouverture ou en conclusion, au choix.
– Une autre manière d’intégrer cette expression, ce serait par exemple de nommer un lieu, une auberge, un immeuble, une maison, une rue, ou que sais-je.
Comme dans L’île au trésor, L’Amiral Benbow, on trouverait ainsi un hôtel ou un restaurant avec comme enseigne « L’ombre du lapin ».
– Si j’oriente vers un récit de magie, type Le prestige, pourquoi pas avoir un tour avec un animal dans un chapeau ou autre, un spectacle, sur cette annonce.
– Une affiche placardée dans la rue, une représentation, un magasin… encore une fois un produit, un endroit sur quoi apposer ces quelques mots.

Dans mes vieilles suggestions Facebook, j’ai beaucoup exploité (trop) la formule avec deux mots reliés… et si ça marche dans des articles ponctuels, dans un recueil ça pourrait finir par devenir redondant. Rendre un sommaire monotone. D’où la nécessité aussi de remodeler parfois, pour tordre aussi un peu le sens et que ça m’évoque quelque chose, y voir un intérêt. Que je puisse exprimer des sentiments personnels actuels tout en restant dans un certain cadre déjà posé auparavant, mais pas complètement fermé. Ce sera vital de se laisser une certaine marge de manœuvre, ne pas se sentir emprisonné par mes manuscrits de jeunesse, car j’ai changé, j’ai grandi.
Un constat tout bête: si je suis animé encore par les mêmes passions, la fiction, lecture et cinéma, le garçon de 15-20 ou 30 ans est loin, et cette personne ne me correspond plus tout à fait. A prendre en considération si je souhaite avancer dans cette voie.

- Le concept, des termes à exploiter, mais je peux déconstruire pour rebâtir, tout restructurer. Commencer par l’archive sans changement, qui existe déjà de toute façon, puis refabriquer à partir des mêmes éléments. Comme des pièces détachées ou des morceaux de puzzle avec lesquels jouer.
– Une entreprise, organisation, groupe… opposant, puissance politique… à la manière de V pour Vendetta, un mouvement révolutionnaire. Menace.

Je ne veux pas épuiser tout mon stock d’inspiration, mon choix se portera sans doute sur encore un truc différent, mais comme on peut le constater, ce ne sont pas les directions qui manquent. A moi de guetter jusqu’à entendre le bon déclic. Percuter sur un détail auquel je suis sensible, sincèrement, et le moteur se mettra en marche tout seul.

(article/réflexions en écoutant Sorel: Je veux encore du rêve)

L’ombre du lapin: démo et reprises

Jeudi 9 décembre 2021

L'ombre du lapin (2C)

Après quelques volumes d’Archives puis des publications inédites sur mon blog, je bosse actuellement sur de vieux concepts inachevés.
Des titres posés il y a longtemps, des résumés, des textes incomplets, des choses anciennes à explorer, des sujets libres à développer.
L’objectif, après avoir sorti au second semestre 2021 plusieurs livres de synopsis d’après d’anciens manuscrits, c’est de savoir si je suis capable d’emmener ces idées plus loin, partir de mes documents de jeunesse pour arriver au moins à des textes, ou des nouvelles, voire des romans.
Si je dois continuer l’année prochaine à cataloguer/numériser mes papiers des années 90 2000 et 2010, autant vérifier que ça mène quelque part, et que ce principe me plait, me convient.
En théorie oui je souhaite récupérer mes vieux travaux inachevés et les faire enfin aboutir, mais je dois à présent m’assurer de ça avec de véritables essais qui soient un minimum concluants.

2012 ouverture de mon blog et premières publications en ligne.
De 2016 à 2018, j’ai bossé dans mon coin sur des textes courts et recueils.
Puis 2018, les livres sur Amazon, j’ai pu expérimenter la miser en page, divers formats… le côté technique, et des ouvrages encore assez simples, avec notamment des histoires ponctuelles.
Mais de plus en plus je me rapprochais de mes archives.
Aujourd’hui, 10 ans après l’ouverture de mon blog, je commence des expériences et pour cela mon choix s’est porté sur des titres, résumés, textes très brefs qui accompagnaient des photos trouvées sur le net en 2012, alors que j’étais en pleine découverte de Facebook. Je jouais avec cet outil, cette plateforme, et c’est comme ça que j’ai lancé quelques petites pistes créatives, dans l’espoir un jour d’y revenir et développer ces options.
J’ouvre le bal avec « L’ombre du lapin », d’abord une démo, pour poser l’intention de base, puis j’espère un texte…

L’enjeu est grand, et l’heure est venue de se confronter à cet obstacle, aborder ce virage, et obtenir enfin des réponses.
Est-ce que mon avenir passera notamment par toutes ces histoires du passé que j’ai longtemps fantasmées et restées en attente?
Encouragé dans ce sens ou pas, bientôt j’en aurai le cœur net, si tout va bien.

L’ombre du lapin:
La démo disponible sur Youtube
www.youtube.com/watch?v=K35ISUZW-8U

1...45678...13