Archive de la catégorie ‘Sunkiller (album)’

les orphelins mécaniques

Samedi 11 avril 2015

La voiture noire plonge dans le lac gelé.
Sarah Xander débloque la ceinture, attrape son cran d’arrêt dans la boite à gants, alors que les motos de police à ses trousses la rejoignent dans l’eau glacée.
Experte en natation, la jeune fugitive atteint la rive avant eux.
Morte de froid, elle s’enfonce dans la forêt humide. Ses chaussures laissent des empreintes rouges dans la neige.
D’où lui vient cette coupure qui lui a fait perdre trois orteils ?
Jusqu’à hier, Mademoiselle Schwartz, directrice de l’orphelinat, incarnait pourtant la mère parfaite pour elle.

La voiture noire plonge du haut du pont enflammé.
Deux mois plus tard, Sarah ne boite plus grâce à la botte biomécanique.
Retranché dans les bois, ce chalet. Retiré, l’ancien concierge sur lequel elle est tombée. Dans son garage, elle a réussi à trouver toutes sortes de prothèses futuristes. Mais aussi d’autres inventions. L’Extracteur, qui lui a permis de sortir de son amnésie.
Elle neutralise les deux cerbères mécaniques. Les chiens de garde de l’école. Il est temps de venger les enfants de la pension changés en serviteurs mécaniques, vendus aux riches familles.
Rendre à la directrice de l’établissement la monnaie de sa pièce. La « déconnecter » définitivement.

exotic exit

Samedi 11 avril 2015

exotic exit

fin de partie

Samedi 11 avril 2015

Camille entame la nouvelle saison sourire à la batte.
Malheureusement, sa course de championne se brise quand son genou déraille.
Les nuages grisonnent sur le camp d’entrainement de ses rêves.
Le maillot numéro 1 ne fait plus partie de l’équipe, mis à l’écart. Et décide de rentrer à la maison.
Retour en train, le chemin de fer qui serpente à travers la forêt. La radio annonce les exploits de ses amis, qui se passent très bien de sa frappe parfaite afin de grimper les échelons. Et le journaliste signale un corps grouillant de vers adossé au panneau qui souhaite la bienvenue à Bluebird Lake.
La jeune fille seule abime ses chaussures de compétition dans la poussière des rues désertes. Sa ville menaçante, silencieuse, qui la regarde étrangement. Les commerçants ferment les volets comme avant un duel de western, pour éviter la casse. Le couvre-feu oblige les moins de 16 ans à trop de prudence, et ses parents la couvrent de reproches depuis qu’elle a passé la porte de « La cabane ». Ils pensent qu’elle déraille, qu’elle tourne délinquante pour échouer sa route ici… Mais ses pas démotivés, trainants, fourmillant d’interrogations sur son avenir de sportive, la ramènent vers ce refuge délabré qui prend soin des isolés, des enfants cassés.
La fenêtre sale envoie un clin d’œil bienveillant. Derrière, la piste quitte peu à peu les dernières habitations pour se perdre dans les fougères grillées. Où Camille se retrouve. Se redécouvre.
Des ombres dangereuses, les arbres penchés. Le tueur qui aiguisait sa cruauté, sa lame sur les ondes de la radio locale. Sur ce chemin, elle croise le psychopathe, le surprend mains dans le sang et dans un tourbillon de mouches. Au pied d’un nouveau cadavre aux lèvres mauves.
La joueuse le surprend par sa rapidité, et sa puissance de frappe. Batte contre hache, la victoire qui brille enfin pour elle.

néon 2

Samedi 11 avril 2015

néon 2

123