les coquillages armés

Grand Océan 8. Comme un horizon rose-mauve  de lumières qui frissonnent.
Les gamins traînent sur la plage au double crépuscule, pour trouver un cadeau d’anniversaire à leur mère. 40 ans qu’elle tyrannise les minos du quartier Faïence. La dame mérite du merveilleux et qu’on prenne quelques risques au méchant goût de sel.
Quelques crabes mutants montent la garde çà et là, à l’abri des roches enveloppantes, ombres sécurisantes. Plus loin la base secrète.
La guerre va bientôt éclater. Avec les pinces géantes, les tentacules à moitié métalliques. Les armes visqueuses. Des soldats d’écailles.
Aucune entaille ne les privera d’une bonne partie de rigolade.
4 bougies immenses, inquiétantes, pétilleront sur le gâteau vanillé. La surprise de Madame Wester pourra exploser, en recevant cette boite débordant de couleurs. Et surtout la revanche en-dessous, cette main squelettique, desséchée comme une algue noire, qui va attirer la vieille institutrice vers ses propres cauchemars. Définitivement noyée dans sa colère intérieure.

Laisser un commentaire